TEMPLES POITEVINS

merci à nos guides Pierre et Henriette, Roger, Jean Michel et Annie qui un jour où l'autre nous ont fait découvrir ces temples

Chronologie :

1547 : Le premier temple aurait été édifié à Grosbois, paroisse de Prailles. Siège de la plus ancienne Église Poitevine, treize ans seulement après le passage de CALVIN à Poitiers, cette Église deviendra l'Église de Mougon.

Église est ici employé au sens premier d'Assemblée de Chrétiens

Des "Église de fief" sont aussi crées à l'initiative d'un seigneur, ainsi à Saint-Gelais où la "coupe et l'assiette" au pignon Est du château témoignent encore de l'engagement huguenot des Saint-Gelais.

Au XVIIème : après la mort d'Henri IV, les droits des protestants sont remis en cause progressivement, pour avoir le droit d'édifier un temple il faut prouver qu'une Église existait en 1596 et 1597. Malgré les preuves la plupart des temples seront détruits avec les Édits successifs restreignant l'Édit de Nantes.

Saint-Gelais est démoli avant la fin de sa construction en 1643, Melle en 1644 ... et tous les autres vers 1681 - 1685.

Après les dragonnades de 1681 et 1685, et autres persécutions, il n'y a "plus" de protestants, plus de temple, les ministres contraints à l'exil : la révocation de l'Édit de Nantes est signée.

De nombreuses "Rue du Temple" existent, seuls témoins de l'existence d'un ancien temple, ainsi à Chauray dans le quartier de Chaban. A Saint-Maixent difficile de localiser les temples successifs, le second détruit au moment de la révocation se trouvait faubourg Chalons, paroisse de Saivres.

1686 : premières assemblées clandestines

1698 : deuxième vague d'assemblées clandestines

1719 : vague d'Assemblées sur l'emplacement des anciens temples démolis : la plus connue, celle de Mougon du 22 janvier, tenue par Jean BERTHELOT, objet d'une instruction judiciaire conservée aux AD de Poitiers.

XVIIIéme : période du "Désert" : le culte se fait régulièrement, de moins en moins clandestinement, dans des locaux privés ou le plus souvent dans la nature dans un lieu isolé. Des proposants, puis des ministres venus du Midi et enfin à partir des années 1745, des ministres poitevins : GAMAIN, POUGNARD, TRANCHÉE, GIBAUD, METAYER, GOBINAUD, ... parcourent le Poitou pour faire le culte, et les baptêmes et mariages.

1787 : Edit de Tolérance qui reconnaît l'existence des Protestants en France, et leur permet de faire valider leur baptême, mariage et décès. La liberté de culte réelle viendra seulement après la Révolution.

1828 : début de reconstruction des temples, première période : rectangulaires, sans décoration, avec le plus souvent un fronton triangulaire : Melle, Mougon, Saint-Sauvant, ...

deuxième moitié du XIXème : deuxième période, les formes varient, les façades s'ornent d'un oculus, d'une bible : Chauray, Chenay, Souvigné, Vitré ...

Temple/Eglise :

Autant extérieurement qu'intérieurement le temple est dépouillé de toute fioriture, son but est d'abriter l'Assemblée.

Pas de statues , ni d'autel : seulement une chaire, une table de communion avec une Bible, des bancs. Seule "décoration" des panneaux portant des textes bibliques.

Localisation :

Des centaines de temples ont existé dans le Poitou, de la Vendée à la Vienne, la zone la plus dense correspond au secteur compris entre Niort - Saint-Maixent - Lusignan- Melle.

 

Nous vous proposons :

la CARTE

la Notice des temples du XIXème ...par Pierre BAUDOU

 

Nos photos personnelles:  cliquez sur les miniatures ci-dessous

 

temples des Deux-Sèvres temple de Vendée temples de la Vienne

 

Sources

Guide du Poitou Protestant,  par Poitou Saintonge protestant 79800 La Couarde - édité par Geste Éditions 79260 La Crèche

une invitation à la ballade en pays huguenot

 

retour accueil